Uncategorized

Cycle AUTOGESTION

En ce premier semestre de 2019, le BOOM lance un cycle sur la thématique de l’autogestion.

En tant que lieu de rencontre autogéré, basé sur l’autonomie des membres du collectif, nous voulons partager des pratiques d’auto-organisation dans des domaines des plus divers : le village agricole de Marinaleda en Espagne, des lieux de vie à Bruxelles, des écoles radicalement démocratiques en Belgique et en France, entre autres.

Nous voulons participer à la réflexion sur les pratiques auto-gestionnaires : se laisser inspirer et réfléchir sur les objectifs et les motifs de l’autogestion/autonomie mais également voir si il est possible et comment s’attaquer aux défis auxquels l’auto-gestion fait face.

***

Le 23 février le BOOM lance un cycle sur l’autogestion.

> Samedi 23 février : soirée de lancement – Introduction à l’autogestion et débat critique sur ses limites et ses possibilités

Pourquoi l’auto-gestion ? c’est quoi et où cela nous mène-t-il ?
C’est avec un petit film sur Marinaleda, un village où la production, les prises de décisions, la construction des lieux de vie et bien sur la lutte est organisée collectivement en « auto-gestion » que nous allons débuter le cycle.

L’exemple de Marinaleda illustre bien certains des questionnements que le collectif du cycle du BOOM a par rapport à l’auto-gestion. L’objectif de la soirée est de débattre des pratiques autogestionnaires de leurs possibilités et de leurs limites. Nous proposons donc une discussion/débat avec des intervenants de collectifs Bruxellois.
Bonne bière, café et petite restauration. As usual.

> samedi 02 mars : Disrupt, disconnect, delete. La technologie digitale change la donne pour les collectifs auto-oganisés.

La critique progressiste et la résistance contre l’offensive technologique est nécessaire pour créer des espaces de solidarité et entrevoir des façons de vivre ensemble au delà du capitalisme. Peut-être pouvons nous utiliser nos ordinateurs différemment ? Comment combattre les programmes et politiques digitales totalitaires ? Le collectif Capulcu nous apporte des éléments de réponses et des pistes d’actions face à ces questions. (https://capulcu.blackblogs.org/)

(Événement en anglais avec un membre du collectif Capulcu. Traduction par chuchotage possible.)

> mercredi 20 mars : Autogestion et lieux de vie : La marchandisation des squats à Bruxelles et ailleurs.

> vendredi 12 avril : autogestion et éducation

Qui ne s’est jamais demandé si le monde pourrait être différent si les relations de pouvoir (instituteur·ses, éducateur·trices, professeur·e·s, parents) dans nos systèmes éducatifs disparaissaient ? Et surtout qui n’a jamais souhaité apprendre en dehors d’un système coercitif ?
En Belgique dans les « écoles démocratiques » et autogérées les enfants prennent part aux décisions concernant leur apprentissage et leur vie à l’école. Quels futurs adultes ressortent d’un tel mode d’apprentissage ? Et comment peut-on organiser un apprentissage pour adultes, libérés des contraintes de devoir se vendre sur le marché du travail.
Partage d’expérience avec l’école de l’Orneau et des initiatives pour une éducation libérée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Aller à la barre d’outils